Home » Eloping

IMG_2632 Jan Mytens 1614-1570 La Haye Mariage de l’Electeur de Brandebourg Wedding of the Elector of Brandenburg 1646 Rennes Musée des Beaux Arts

21 December 2019 One Comment

Jan Mytens 1614-1570 La Haye
Mariage de l’Electeur de Brandebourg
Wedding of the Elector of Brandenburg 1646
Rennes Musée des Beaux Arts

CLASSICISME ET BAROQUE EN EUROPE

Au préalable il faut distinguer les périodes et les styles.
La période historique dite classique en peinture se situe vers 1600-1720 environ. Le classicisme a pris sa source en Italie chez les Carracci, il est une réaction au maniérisme.
La période historique dite Baroque en peinture prend aussi naissance en Italie vers 1600 et dure jusque vers 1720. Elle est principalement liée à la Contre-Réforme.
Les deux périodes sont donc tout à fait contemporaines, même si elles peuvent, selon les pays européens se succéder ou coexister de manière différente et décalée dans le temps. Mais les styles classiques ou baroques constituent des tendances pérennes qui traversent tous les arts tout au long de l’histoire européenne.

Toute l’histoire de l’art européen alterne les périodes où triomphe une esthétique à tendances classiques, et les périodes où s’imposent des tendances plus expressives.
Le Classicisme: C’est une esthétique de l’harmonie dans la mesure et l’équilibre. Il est caractérisé par la rigueur du dessin et des formes, la consonance et la retenue des couleurs, la modération raisonnable et raisonnée et la subtilité dans l’expression des sentiments.
L’esthétique Expressive prend diverses formes qui tendent à éloigner la peinture du naturalisme et du réalisme mesuré du Classicisme pour favoriser l’emphase et l’émotion. Le dessin peut être plus souple, l’art du flou est privilégié, la touche est plus visible (empâtements, hachures…). les formes des figures sont accentuées, les silhouettes des personnages allongées, les musculatures amplifiées. Le mouvement et l’expression des sentiments sont amplifiés et même exagérés, quelque fois jusqu’à la limite de l’outrance. Les couleurs et les oppositions lumières/ombres sont souvent plus accentuées et contrastées.
Le classicisme, dont on considère que les Carracci sont les fondateurs, en réaction au maniérisme, prend différents noms selon les périodes de l’histoire, Atticisme, Poussinisme, Néo-classicisme, Académisme.
La manière expressive prend les noms de Maniérisme, Baroque, Caravagisme, Rubénisme, Rococo, Romantisme, Expressionnisme.
Evidemment toutes les gradations entre ces deux tendances existent.Le maniérisme italien était discrètement annoncé par des peintres de la Renaissance comme Perugino et son élève Raphaël, figure du classicisme par excellence.
Pendant tout le 17è et le 18è siècle la peinture européenne balance entre diverses formes de classicisme et de baroque, plus ou moins accentuées. Les Pays Bas du nord ne font pas exception sauf par les thèmes plus profanes, plus séculiers, de leur peinture. Le Caravagisme est pendant toute cette période une tendance picturale qui magnifie les contrastes de lumière, son aspect baroque, mais qui sait aussi maintenir la tradition du dessin fini, son aspect classique. Il n’échappe donc pas à la balance classique-baroque qui caractérise la peinture européenne pendant toute cette période.
L’Art français sous Louis XIII 1610-1643) et pendant la régence d’Anne d’Autriche (1643-1651) est plutôt classique. La peinture française sous Louis XIV (1651-1715) hésite entre les deux tendances mais prend une coloration un peu plus baroque, et la peinture sous Louis XV (1715-1774) est baroque-rococo.

Il faut toutefois insister sur le particularisme des Pays Bas au 17è et au 18è siècle. En dehors des Pays Bas, en Italie, en Espagne, en France, dans les pays germaniques, la peinture est essentiellement commanditée par les Rois, leurs ministres, la grande aristocratie, la haute bourgeoisie financière et bien sûr par l’Église catholique. L’art de ces pays continue dans la tradition des siècles antérieurs et pratique beaucoup "le grand genre" c’est à dire que ses thèmes sont le plus souvent religieux, historiques, mythologiques. La peinture européenne du 17è et du 18è siècle est à l’opposé de la peinture néerlandaise.
Les thèmes de la peinture européenne, sauf aux Pays Bas, ne sont pas les moeurs de la société, encore moins ceux de la petite bourgeoisie ou des artisans et des paysans. En France par exemple, Les frères Le Nain (1593-1607 environ) sont une exception, et leur réalisme est très loin d’être celui des peintres flamands et néerlandais. Leur paysannerie est traitée pour être appréciée dans les cabinets de la grande bourgeoisie. Si le paysan boit du vin, c’est un verre, il ne sombre jamais dans l’ivresse la plus totale, et son épouse encore moins. Les enfants sont très dignes, ils ne se battent pas comme des pouilleux, pas plus que leurs parents. Cette peinture n’a rien de commun avec celle d’Avercamp, d’ Adriaen Brouwer, de Teniers II.
Les portraits sont ceux de l’élite aristocratique et non pas comme aux Pays Bas d’une bourgeoisie ordinaire. Les paysages sont traités tout à fait habituellement comme cadres d’une scène historique, mythologique ou religieuse, pratiquement jamais pour eux mêmes. Les marines européennes sont des souvenirs de batailles navales célèbres. Elles ne se limitent pas ou rarement comme aux Pays Bas à la peinture d’un voilier sur une mer démontée. Le Lorrain (Claude Gellée) peint des paysages magnifiques généralement intitulés "Départ de Cléopâtre", "Arrivée d’Ulysse" ou "Enée chassant le cerf". Il est très rare, même si cela se produit quelque fois, que les paysages du Lorrain n’aient aucun thème emprunté à l’histoire, à la mythologie ou à la tradition comme les "pastorales".
Cette particularité des Pays Bas est la conséquence de la rupture idéologique qui est résultée de la Réforme protestante. (cf l’Art et les croyances. Réforme)

CLASSICISM AND BAROQUE IN EUROPE

First of all, it is necessary to distinguish periods and styles.
The historical period known as the classical period in painting is around 1600-1720. Classicism originated in Italy with the Carracci, it is a reaction to mannerism.
The historical period known as the Baroque period in painting also began in Italy around 1600 and lasted until around 1720, and was mainly linked to the Counter-Reformation.
The two periods are therefore completely contemporary, even if they may, depending on the European countries, succeed each other or coexist in a different and time-delayed way. But classical or baroque styles are perennial trends that permeate all arts throughout European history.

The entire history of European art alternates periods when an aesthetic with classical tendencies triumphs, and the periods when more expressive tendencies are required.
The Classicism: It is an aesthetic of the harmony in the measure and the balance. It is characterized by the rigor of the drawing and shapes, the consonance and the restraint of colors, the reasonable and reasoned moderation, and the subtlety in the expression of feelings.
The Aesthetic Expressive takes various forms that tend to move the painting out of naturalism and the measured realism of the Classicism, to favor the emphasis and emotion. The drawing can be more flexible, the art of the blur is privileged, the touch of the brush is more visible (impastos, hatching …). the shapes of the figures are emphasized, the silhouettes of the characters, lengthened, the musculature, increased. The movement and the expression of feelings are exaggerated, sometimes to the limit of the excess. The colors and oppositions of lights / shadows are often more accentuated and contrasted.
The classicism, of which the Carracci are considered to be the founders, in reaction to Mannerism, takes different names according to the periods of history, Atticism, Poussinisme, Neo-Classicism, Academism.
The expressive style takes the names of Mannerism, Baroque, Caravagism, Rubénisme, Rococo, Romanticism, Expressionism …
Obviously all the gradations between these two tendencies exist. Italian Mannerism was quietly announced by painters listed in the classical school, as Perugino and his pupil Raphael figure of classicism par excellence.
Throughout the 17th and 18th centuries, the European painting balanced between various forms of classicism and baroque, more or less accentuated. The northern Low Countries are no exception except for the more secular and secular themes of their painting. Caravagism was throughout this period a pictorial trend that magnified the contrasts of light, its baroque aspect, but which also knew how to maintain the tradition of finished drawing, its classic aspect. He did not escape the classical-baroque balance that characterized European painting throughout this period.
French art under Louis XIII 1610-1643) and during the regency of Anne of Austria (1643-1651) is rather classical. French painting under Louis XIV (1651-1715) hesitated between the two tendencies but took a slightly more baroque colouring, and painting under Louis XV (1715-1774) was baroque and Rococo.
.

However, it is necessary to insist on the particularism of the Netherlands in the 17th and the 18th century. Outside the Netherlands, in Italy, in Spain, in France, in the Germanic countries, painting is essentially sponsored by Kings, their ministers, the great aristocracy, the financial upper middle class and of course by the Catholic Church. The art of these countries continues in the tradition of the previous centuries and practices a lot "the big genre" that is to say that its themes are most often religious, historical, mythological. 17th and 18th century European painting is the opposite of Dutch painting.
The themes of European painting, except in the Netherlands, are not the mores of society, still less those of the petty bourgeoisie or artisans and peasants. In France, for example, the Le Nain brothers (around 1593-1607) are an exception, but their realism is very far from that of the Flemish and Dutch painters. Their peasantry is treated to be appreciated in the cabinets of the big bourgeoisie. If the peasant drinks wine, it is a glass, he never sinks into total drunkenness, and his wife even less. The children are very worthy, they do not fight like lousy, any more than their parents. This art of painting has nothing in common with that of Avercamp, Adriaen Brouwer, Teniers II.
The portraits are those of the aristocratic elite and not as in the Netherlands of an ordinary bourgeoisie. Landscapes are usually treated as frames of a historical, mythological or religious scene, almost never for themselves. European navies are memories of famous naval battles. They are not limited or seldom as in the Netherlands to the painting of a sailboat on a dismantled sea. The Lorrain (Claude Gellée) paints beautiful landscapes generally entitled "Departure of Cleopatra", "Arrival of Ulysses" or "Aeneas hunting deer". It is very rare, even if it happens sometimes, that the landscapes of Claude Gellée have no theme borrowed from history, mythology or tradition like the "pastoral".
This peculiarity of the Netherlands is the consequence of the ideological break that resulted from the Protestant Reformation. (see Art and Beliefs, Reform)

One Comment »

  • raffaele pagani said:

    bella luce